Journée internationale de la paix

Remonter ]

 

L'Assemblée générale, dans sa résolution 55/282 (PDF), en date du 7 septembre 2001, a décidé que la Journée internationale de la paix serait observée chaque année le 21 septembre. L'Assemblée générale a déclaré que la Journée internationale de la paix serait observée comme une journée mondiale de cessez-le-feu et de non-violence, pendant la durée de laquelle toutes les nations et tous les peuples seraient invités à cesser les hostilités. Elle a engagé les États Membres, les organismes des Nations Unies, les organisations régionales et non gouvernementales et les particuliers à célébrer comme il convient la Journée internationale de la paix, y compris au moyen d'activités d'éducation et de sensibilisation, et à oeuvrer, de concert avec l'Organisation des Nations Unies, à l'établissement d'un cessez-le-feu mondial.

 

"La Journée internationale de la paix donne lieu tous les ans à une cérémonie spéciale mais, cette année, elle revêt encore plus d’importance car elle coïncide avec le cinquantième anniversaire de la cloche de la paix que nous faisons sonner chaque année à cette occasion."

-- M. Kofi Annan --
Secrétaire général de l'ONU
21 septembre 2004

 

 

L’APPEL DES LAUREATS DU PRIX NOBEL DE LA PAIX

POUR LES ENFANTS DU MONDE


A l’attention des Chefs d’Etat de tous les pays membres

de l’Assemblée Générale des Nations Unies

Aujourd’hui, dans chaque pays du monde, de nombreux enfants souffrent en silence des effets et des conséquences de la violence.

Cette violence revêt différentes formes : entre enfants dans les rues, à l’école, dans la vie de famille et au sein des différentes communautés. Que ce soit la violence physique, la violence psychologique, socio-économique, la violence quotidienne de leur environnement oula violence politique. Beaucoup d’enfants – trop d’enfants - vivent une « culture de la violence ».

Nous souhaitons contribuer à amoindrir leurs souffrances. Nous croyons que chaque enfant peut découvrir, par lui-même, que la violence n’est pas une fatalité. Nous pouvons offrir de l’espoir , non seulement aux enfants du monde, mais à l’humanité toute entière, en commençant à créer, puis en construisant, une nouvelle Culture de la non-Violence.

Pour cette raison, nous adressons cet appel solennel à tous les Chefs d’Etat, de tous les pays membres de l’Assemblée Générale des Nations Unies, afin que l’Assemblée Générale des Nations Unies déclare :

 que la première décennie du nouveau millénaire, les années 2001 à 2010, soit déclarée « Décennie pour une Culture de la Non-Violence » ;

 qu’au début de la décennie, l’année 2000 soit déclarée « Année de l’Education à la Non-Violence » ;

 que la non-violence soit enseignée à chaque niveau dans nos sociétés pendant cette décennie, afin de rendre les enfants conscients de sa signification réelle et pratique et de ses bénéfices dans leur vie de tous les jours, dans le but de diminuer la violence et la souffrance qu’elle engendre, envers eux et l’humanité en général.

Ensemble, nous pouvons bâtir une Culture de la Non-Violence pour l’être humain, qui donnera de l’espérance à l’humanité toute entière et surtout aux enfants de notre monde.

Les lauréats du Prix Nobel de la Paix

Signataires :

Mairead Corrigan-Maguire, Nelson Mandela, Mère Teresa, Aung San Suu Kyi, The 14th Dalï Lama, Mikhail Gorbachev, Shimon Péres, Elie Wiesel, Mgr. Desmond Tutu, Adolfo Pérez Esquivel, Rigoberta Menchu, Yasser Arafat, Mgr. Carlos Felipe Ximenes Belo, José Ramos-Horta, Norman Borlaug, Oscar Arias Sanchez, UNICEF, Frederik Willem de Klerk, Betty Williams, Lech Walesa, Joseph Rotblat, The International Peace Bureau, The American Friends Service Committee, The UNHCR, Jody Williams, John Hume, David Trimble.