Développement, sécurité et désarmement

Accueil ] Remonter ]

Mise à jour des contributions au 2 mars 2015

 

Ana Bazac : Professeur de philosophie, Université de Bucarest, Roumanie

Hakim Ben Hammouda :

Centre Europe - Tiers Monde (CETIM)

Pierre-Paul Dika - Docteur en droit

Jacques Le Dauphin :

Michel Rogalski

Ignacy Sachs :

Patrick Simon :

Paul Sindic :

Stéphanie Treillet :

La moitié du patrimoine mondial est détenu par 2% de la population seulement

5 décembre 2006 –

Deux pour cent des adultes dans le monde possèdent plus de la moitié de la richesse mondiale par foyer, révèle une étude de l'Institut mondial pour la recherche économique sur le développement de l'Université des Nations Unies (UNU-WIDER), basé à Helsinki.

« L'étude la plus approfondie jamais entreprise sur la richesse personnelle révèle aussi que 1% des adultes les plus riches possédaient 40% de la richesse totale dans le monde en 2000 et que 10% des plus riches détenaient 85% de la richesse mondiale », affirme un communiqué de l'Université des Nations Unies (UNU-WIDER) publié aujourd'hui à Helsinki, capitale de la Finlande.

Par contraste, les 50% de la population adulte au bas de l'échelle possède à peine 1% des richesses mondiales, souligne l'étude.

« Pour le calcul de la richesse, l'étude estime que tout foyer détenant 2.200 dollars se place parmi les 50% en haut de l'échelle. Un foyer détenant 61.000 dollars se place parmi les 10% les plus riches. Enfin, la possession d'au moins 500.000 dollars donne l'accès au 'club des 1% les plus riches' - un club qui n'est pas si exclusif puisqu'il comporte 37 millions de membres à travers le monde », affirme l'UNU.

L'étude de l'UNU-WIDER est la première à couvrir tous les pays du monde et à prendre en compte toutes les composantes principales de la richesse de chaque foyer, à savoir les avoirs financiers et les dettes, la propriété immobilière et d'autres biens.

« Il s'agit en fait du capital », affirment les auteurs de l'étude, Edward Wolff, James Davies, Anthony Shorrocks et Susanna Sandstrom, qui soulignent que bien que le capital ne représente qu'une partie des ressources individuelles, qui comprennent aussi les capacités de chacun, « il possède un impact sur le bien-être et le succès économique disproportionné ».

L'étude montre aussi que la richesse individuelle représentait 125 trillions de dollars en 2000, soit trois fois la production mondiale annuelle ou 20.500 dollars par personne.

La répartition par pays montre aussi les inégalités. Ainsi, la richesse moyenne aux Etats-Unis s'élevait à 144.000 dollars par personne en 2000 et à 181.000 dollars au Japon, contre 1.100 en Inde et 1.400 en Indonésie.

Même parmi les pays riches de l'OCDE, les montants varient de 37.000 dollars par personne en Nouvelle-Zélande et de 70.000 dollars au Danemark, contre 127.000 au Royaume-Uni.

A elles seules, les populations de l'Amérique du Nord, de l'Europe et des pays riches de l'Asie-Pacifique détiennent 90% de la richesse mondiale.